Guinafnews
Votre pub ici 728

« On ne souhaite pas boycotter le dialogue, mais … » (Rafiou Sow)

0

Le président du PRP est catégorique: «on ne vient pas autour de la table du dialogue juste pour se prendre en photo et publier» sur les réseaux sociaux et dans les médias traditionnels. Mais plutôt pour acter le processus de retour à l’ordre constitutionnel dans l’intérêt de la démocratie.

Le président du PRP souhaite que les membres de la junte militaire acceptent de s’asseoir et déterminer ensemble avec les autres parties prenantes au processus actuel ce qu’il faut pour acter le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée.

Rafiou Sow dit que cela ne pose aucun problème à un membre de la classe politique et sociale.  D’ailleurs, « on ne boycotte pas un dialogue, rappelle le président du PRP, parce que ce sont les acteurs sociopolitiques qui sont demandeurs d’un cadre de dialogue inclusif avec la junte militaire».

Sow relève tout de même qu’au niveau du régime en place, on ne doit pas faire semblant de mettre en place un cadre de dialogue. Parce qu’«on ne vient pas autour de la table juste pour se prendre en photo et publier»soutient l’acteur politique.

« Pour la réussite de la transition »

Sow fait savoir que si les trois facilitatrices désignées pour diriger le cadre de dialogue ont été récusées par le Prp et ses alliés, c’est une question de principe et de logique politique.

«A partir du moment où nous récusons le cadre de dialogue mis en place de manière unilatérale», par le Cnrd au pouvoir depuis le 5 septembre 2021, «il nous est impossible d’accepter les facilitatrices nommées à cet effet et dans ces mêmes conditions», commente M. Sow.

Le président Sow se demande pour quelles raisons les autorités du pays n’acceptent toujours pas d’associer ou tout au moins de consulter les acteurs sociopolitiques locaux et les partenaires techniques et financiers de la Guinée, ainsi que le médiateur de la Cédéao, Boni Yayi, avant de rendre publiques des actes aussi importants que ceux liés au contenu, à la liste des membres du cadre et aux personnalités devant faciliter le dialogue inter-guinéen.

C’est donc pour contraindre le Cnrd à s’ouvrir à toutes les parties prenantes que le Prp et ses alliés soutiennent les manifestations du 20 octobre 2022.

«Ce n’est pas du tout pour brûler le pays, mais plutôt pour amener les autorités à accéder aux demandes des autres acteurs du processus et cela est essentiel à la bonne marche du pays vers la réussite de la transition», affirme Rafiou Sow.

Dans l’entendement du président du Prp, «s’ouvrir aux propositions des leaders politiques et sociaux, et de la Cédéao» est la meilleure option pour asseoir «un cadre inclusif dans lequel se reconnaissent la communauté nationale et la Cédéao qui assure la médiation» dans la crise actuelle.

Source: Lepopulaireguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies