Guinafnews
Votre pub ici 728

Le ministre des Infrastructures et des Transports et 7 de ses collaborateurs directs suspendus

0

Quelles faute lourdes ont commises Yaya Sow, ministre des Infrastructures et des Transports, pour que le Premier ministre Bernard Gomou, décide de les suspendre de leurs fonctions, « à titre conservatoire à compter du lundi 7 novembre 2022 », comme l’indique le communiqué lu sur les médias de l’État.

Ce important département ministériel rencontre d’énormes difficultés pour faire face aux défis, surtout que les financements ne cessent de tarir et que certains partenaires, comme Aéroports de Paris, principal partenaire de la Guinée pour la gestion de l’aéroport de Conakry cessera ses activités fin décembre prochain.

Le même communique indique c’est que « le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire assurera l’intérim durant la procédure » et celui « du Travail et de l’Administration publique est chargé de veiller à l’application stricte de la présente note et de la mise en branle de la procédure disciplinaire conformément à la loi« .

Insatisfaction de Doumbouya

Avec le Ministre Yaya Sow, c’est Patrice Toupou, secrétaire général, Cheick Ahmed Tidiane Camara, chef de cabinet, Demba Kourouma, conseiller principal, Rodric Georges Loua, conseiller juridique, Aly Condé, Directeur général du Fonds d’Entretien Routier, Saa Yolande Camara, Directeur national de l’Entretien Routier et Bangaly Kourouma, personne responsable des marchés publics qui ont été suspendus par le Premier ministre.

« Une décision qui, pour un observateur, vient de Colonel Doumbouya et du premier cercle de ses collaborateurs en raison du manque de résultats concrets de ce département. Car s’il y avait de réels changements dans la circulation urbaine, il n’aurait pas été débarqué comme ça avec toute son équipe. Peut-être que cette mesure va entrainer d’autres remplacements dans le gouvernement. . Il y a de l’insatisfaction de Doumbouya… Et espérons qu’il commence à faire de la place pour former un gouvernement d’union nationale inclusif dont le mandat sera de conduire le pays vers le retour à l’ordre constitutionnel et le rétablissement des liens avec les partenaires économiques et financiers. C’est ça qu’il nous faut ».

Brehim Ould MAHMOUD  

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies