Guinafnews

« Le peuple a le droit de se révolter contre ceux ou celles qui ne respectent pas leurs engagements ». (A. F. Camara) 

Il était presque 10h lorsque, le Commandant du Groupement des Forces Spéciales, le lieutenant-colonel Mamadi Doumbouya est apparu sur nos écrans pour nous annoncer la capture du dictateur Condé en dénonçant tous les maux qui appauvrissent le Peuple depuis plusieurs décennies.

Ce soldat à la posture de Goliath avait suscité un immense espoir pour les Guinéens épris de démocratie, du respect des droits de l’homme, de paix et de justice sociale. Malheureusement, cet espoir fut de courte durée puisque le prétendu libérateur des prisonniers d’opinions et politiques apparaît comme l’un des plus grands usurpateurs des trente dernières années.

Rappelez-vous de cette fameuse déclaration du 06 septembre 2021 que « La justice sera désormais la boussole qui va orienter tous les citoyens ». C’était l’un des engagements le plus importants du lieutenant-colonel Mamadi Doumbouya au lendemain de la prise du pouvoir par le CNRD. Malheureusement, des pratiques peu orthodoxes continuent de résister à cette volonté dans les cours et tribunaux du pays par l’entremise du ministre Charles Wright. Savez-vous que Doumbouya et sa suite ont violemment dénoncé l’instrumentation de la justice, les arrestations et détentions arbitraires, la corruption qui gangrène cours et tribunaux du pays ainsi que des injonctions faites aux magistrats de faibles caractères ? N’avez-vous pas vu des magistrats sans foi ni loi se confesser comme des bambinos au Palais du Peuple sur leurs incapacités à prendre des décisions indépendantes ? Quels gâchis pour notre démocratie et nos finances publiques ? Le peuple a le droit de se révolter contre ceux ou celles qui ne respectent pas leurs engagements.

Depuis l’arrivée par effraction de la junte au pouvoir, le credo des autorités consiste a violer de manière flagrante les droits de l’homme et bafouer l’exercice des libertés publiques consacrée par la déclaration universelle des droits de l’homme, le protocole additionnel de la CEDEAO et le document du CNRD fébrilement appelé Charte de la Transition à l’alinéa 2 de l’article 12 qui stipule « Les arrestations et détentions arbitraires sont interdites par la loi. ».

Mais pourquoi les autorités procèdent à des arrestations et détentions arbitraires des citoyens prodémocratie ? Pourquoi Oumar Sylla alias Foniké Menguè, Coordinateur National et Ibrahima Diallo, responsable des opérations du FNDC continuent de séjourner à la maison centrale en violation de toutes les procédures judiciaires établies en la matière ? Mes camarades de lutte ont organisé une grève de la faim pour obtenir un procès juste et équitable conformément aux textes de loi. Malheureusement, le Ministre Alphonse Charles Wright assujettis au Colonel Doumbouya n’a pas la volonté de voir ce procès se tenir. 

Déjà, à l’entrée de 2023, le CNRD exprime sa crainte de perdre le pouvoir qu’il a indûment et impunément arraché au peuple de Guinée en violation des principes démocratiques. Le plus amusant des actes du Colonel Doumbouya, c’est la poursuite judiciaire engagée contre M. Abdourahamane Sano, ancien coordinateur du FNDC  devant le tribunal de Mafanco pour dit-on « participation délictueuse à des réunions publiques ». M. Sano ne devrait-il pas être soutenu et accompagné par le CNRD afin renforcer l’éveil de conscience par le contrôle citoyen de l’action publique ? Pourquoi ces réunions perturbent-elles le sommeil du CNRD et de son président Mamadi Doumbouya ? Ne sont-elles pas consacrées par l’article 34 de la fameuse Charte de la Transition ?

Depuis le mois de juillet 2022 jusqu’à date, la détention arbitraire des camarades Oumar Sylla alias Foniké Menguè (notre David) et Ibrahima Diallo, tous responsables du FNDC, n’est autre qu’une décision personnelle du Colonel Doumbouya en violation flagrante des droits élémentaires des prisonniers politiques. De même, le procès politique de M. Sano qui s’est ouvert ce lundi 09 janvier 2023 n’est-il pas un acharnement, une intimidation des citoyens prodémocratie et un harcèlement visant à faire taire toutes les voies contestataires de la nébuleuse CNRD ? Les camarades Foniké Menguè, Ibrahima Diallo et Cie seront les vainqueurs de cette dictature agressive du Colonel Mamadi Doumbouya comme ce fut le cas entre David et Goliath. Car, Oumar Sylla alias Foniké Menguè Coordinateur National du FNDC et Cie sont des citoyens indomptables.

En dépit des faits susmentionnés, je suis persuadé qu’un régime autoritaire qui ne respecte pas les droits humains, les principes sacro-saints de la démocratie, de l’Etat de droit, de la bonne gouvernance et qui utilise des forces armées, des finances publiques pour duper des acteurs sociopolitiques et contrôler des médias d’état afin de se maintenir et d’empêcher la marche des dynamiques citoyennes ne mérite pas la dignité présidentielle dans notre Pays. Allez-vous en CNRD !

Alseny Farinta CAMARA 

Responsable à l’organisation du FNDC

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.